Dialogue (sketch loufoque)

Posté par cielnuageux le 23 décembre 2018

- Je m’excuse de vous demander pardon, monsieur, mais avez-vous l’heure ?
- Oui, monsieur, j’ai l’heure
- Merci beaucoup
- De rien
- Mais, j’y pense, si vous avez l’heure, peut-être accepteriez-vous de me la donner ?
- Avec plaisir
- Alors, s’il vous plaît, quelle heure est-il ?
- Moins dix
- Moins dix de quoi ?
- Je ne sais pas, j’ai perdu la petite aiguille
- Bon, enfin, dans dix minutes, il sera l’heure juste
- Exactement !
- Alors c’est le principal
- Ben voyons, faut tout de même pas demander l’impossible
- Ni exiger plus que ce qu’on ne peut pas avoir en moins
- Compliments, monsieur, voilà qui est d’une irréfutable logique
- Il faut vous dire que j’ai de qui tenir
- Ah oui ?
- J’ai un beau-frère qui est gardien de jour dans une boîte de nuit
- En effet, mais je ne vois pas le rapport
- Il n’y en a pas, monsieur,  mais enfin, il faut bien parler de quelque chose, sinon, il n’y a pas de conversation possible
- Bien sûr ! d’autant que quelque chose n’est pas incompatible avec n’importe quoi, et que n’importe quoi, c’est quand-même mieux que rien
- C’est le bon sens même
- Ben voyons ! Dites-moi, monsieur, à propos, et par association d’idées, vous avez des enfants ?
- Oui monsieur, j’en ai un, ou plutôt une
- Oui, une fille cadette
- Ah ? Vous n’avez pas de fille aînée ?
- Non
- Vous avez bien raison ! Pour ce que ça sert ! ça fait des frais et ça encrasse la baignoire
- Forcément, ah, en vérité, monsieur, je n’ai pas besoin de vous dire que nous vivons dans une curieuse époque
- Alors, si vous n’avez pas besoin de le dire, pourquoi le dites-vous ?
- Pour que vous n’aviez pas à me reprocher de ne pas vous avoir dit qu’il était inutile que je vous le dise
- Dont acte. Dites-moi, monsieur, toujours par associations d’idées, vous avez une voiture ?
- Oui monsieur
- Qu’est-ce- que c’est comme marque ?
- Ce n’est pas une marque, c’est un prototype
- Il en faut monsieur
- Bien sûr, sans quoi il n’y en aurait pas ! A la vérité, c’est une ancienne cinq tonnes bâchée qu’un ingénieur bricoleur de mes amis a transformé en cabriolet monoplace. C’est très joli, très profilé, très racé
- Je vois, il y a combien de places ?
- Six
- Six ? Mais vous venez de dire que c’est un cabriolet monoplace !
- Oui
- Alors, comment expliques-vous ça ?
- Je n’explique rien, c’est comme ça, c’est à prendre ou à laisser.
- Bon, bon, ça tient bien la route ?
- Si ça tient bien… pensez, monsieur, ça prend les virages en ligne droite
- Merveilleux ! ça consomme beaucoup ?
- Non, du sept litres aux cents
- En effet, c’est peu !
- Du sept litres d’huile, naturellement, parce que pour ce qui est de l’essence, il vaut mieux parler d’autre chose
- Détail sans importance. Et ça va vite ?
- 195 à l’heure
- 195 à l’heure ? C’est trop rapide !
- Vous n’êtes pas obligé de rouler pendant une heure !
- C’est vrai, excusez-moi, où avais-je la tête !
- Un peu de logique, que diable ! Faut réfléchir avant de penser
- Et bien monsieur, je suis ravi de cette conversation, et souhaite vivement qu’une prochaine occasion nous permette de la reprendre
- Moi aussi, monsieur, et peut-être pourrions-nous profiter de cette rencontre fortuite pour prendre un prochain rendez-vous ?
- Tout à fait d’accord, monsieur ! Quand voulez-vous ?
- Quand vous voudrez !
- Parfait, et où ?
- Où vous voudrez !
- Très bien, et à quelle heure ?
- Votre heure sera la mienne
- J’y serai, monsieur
- Moi aussi
- Au revoir monsieur
- Au revoir, et à bientôt

Laisser un commentaire

 

Cosy place for holidays in ... |
les hobbies d'Angie |
Animaux de compagnie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pattypatchs
| Football Club Orgnacois
| L'Ecurie de la Combe