Antoine de Latour (1808-1881)

Posté par cielnuageux le 24 avril 2016

http://www.poesie-francaise.fr/antoine-de-latour/poeme-au-printemps-qui-ne-vient-pas.php

 

Recueil : Loin du foyer (1835).

   
 P1050061 [1024x768]

Où donc est le printemps ? Endormi sous la nue
Le soleil ne luit pas ou brille sans chaleur,
Et dans les champs, la neige, aux arbres suspendue,
Tient la sève captive et dévore la fleur.

 

 P1050069 [1024x768]

Tout frissonne et se tait ; le pauvre laboureur
S’assied morne et pensif sur quelque roche nue ;
Le pain pour ses enfants va manquer, et son cœur
Maudira l’heure sainte où leur mère est venue.

   

 P1050065 [1024x768]

Il est aussi des temps où du soleil divin
L’homme attend le retour et le demande en vain ;
Qui de nous, une fois, et de l’âme et du monde

 N’a cru voir les destins confondus et flottants,
Et des esprits troublés sondant la nuit profonde
Ne s’écria jamais : — Où donc est le printemps ?

P1050066 [1024x768]

   
 

 

 

Publié dans citations auteurs, photos-souvenirs, poesie | Pas de Commentaire »

Tchaïkowsky (2)

Posté par cielnuageux le 24 avril 2016

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans paroles musique, poesie, video | Pas de Commentaire »

Tchaïkovsky

Posté par cielnuageux le 24 avril 2016

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans paroles musique, poesie, video | Pas de Commentaire »

Charles-Marie-René Leconte de Lisle

Posté par cielnuageux le 14 octobre 2015

J’ai vécu, je suis mort
Les yeux ouverts, je coule
Dans l’incommensurable abîme, sans rien voir,

Lent comme une agonie et lourd comme une foule
Inerte, blême, au fond d’un lugubre entonnoir
Je descends d’heure en heure et d’année en année,
A travers le muet, l’immobile, le noir.

Je songe et ne sens plus, l’épreuve est terminée,
Qu’est-ce donc que la vie ? étais-je jeune ou vieux ?
Soleil ! Amour ! rien, rien
Va, chair abandonnée !
Tournoie, enfonce, va !
Le vide est dans tes yeux et l’oubli s’épaissit et l’absorbe à mesure.

Si je rêvais.
Non, je suis bien mort.
Tant mieux.

 

 

 

Publié dans poesie | Pas de Commentaire »

Complainte du jardinier (Jacques-Maurice Sutherland)

Posté par cielnuageux le 9 mars 2012

Combien me reste-t-il de printemps à semer
Quand le soleil levant dissipe la grisaille?
Perce-neige et crocus, plantés dans la rocaille,
Seront les tout premiers pour venir nous charmerL’odorant seringa, le muguet, la jonquille,
Les arbres du verger, tout habillés de blanc,
Ecoutent, stupéfaits, la grive qui babille
Et les éclats de voix d’un merle conquérant.

 

Combien me reste-t-il d’étés à contempler
Quand la lune est propice au lever des semailles?
Les prés sont tout remplis de champêtres sonnailles.
Les taillis, les buissons de nids vont se peupler.
Le moineau pillera la fraise et la framboise.

Le discret chèvrefeuille embaume les matins,
La frèle campanule a des airs de bourgeoise,
Le rosier souverain exhale ses parfums.

Combien me reste-t-il d’automnes à subir
Quand septembre apparaît nous tenant ses promesses?

Les jardins, les vergers dispensent leurs richesses
Et l’ouest orageux nous frappe sans faiblir.

 

 

 

L’aronde se rassemble et la maison frissonne,
Notre parterre accueille un dernier papillon;
Quand tout devient muet, la nature s’étonne
Et le merle craintif se cache en son buisson.Combien me reste-t-il d’hivers à redouter
Quand l’aquilon fougueux nous couvre de nuages?
Les oiseaux migrateurs quittent leurs pâturages,
Les bois tout effeuillés semblent se lamenter;
Les champs sont dépeuplés, la nature déserte,
Tout n’est plus que silence engourdi de frimas,
Plus un cri, plus un chant, toute chose est inerte,
Seul, le vent mugissant sévit avec fracas.

 

Puissent d’autres saisons m’accorder un répit,
J’aime où je vis heureux, j’admire la nature,
J’écoute les oiseaux, j’aime ce qui fleurit,
Mais, quand le temps viendra de l’ultime écorchure,
Fasse que le soleil qui toujours me sourit

Se penchera vers moi pour panser ma blessure

 

 

Publié dans poesie | Pas de Commentaire »

Auteur contesté, poésie originale

Posté par cielnuageux le 30 novembre 2011

Les pantoufles chantaient dans l’azur famélique,
Au rythme entrelacé de mâles abricots,
Et les cochons, volant à l’entour des Portiques,
Afin d’y voir plus clair, enlevaient leur tricot.

C’est alors que parut un oncle d’Amérique,
L’oeil vélocipédique et bourré d’asticots,
Portant sur un plat d’or des bémols maginfiques,
Et les poches bourrées de vieux os de gigots.

Soudain, il monta, pâle, sur l’impériale.
Le baromètre à plumes en attrapa la gale,
Et passa subito de la vie au trépas.

Les péritoines bleus s’enfuirent en déroute,
Et le pétrole, assis sur le bord de la route,
Regardait d’un oeil torve et ne comprenait pas.

 

Publié dans poesie | Pas de Commentaire »

Yves Duteil

Posté par cielnuageux le 28 juin 2010

dscf0785.jpg

Publié dans paroles musique, poesie | 1 Commentaire »

Guillaume Apollinaire : l’adieu

Posté par cielnuageux le 23 juin 2010

J’ai cueilli ce brin de bruyère
L’automne est morte souviens-t’en
Nous ne nous verrons plus sur terre
Odeur du temps brin de bruyère
Et souviens-toi que je t’attends

bruyereencontrejour.jpg

Publié dans poesie | Pas de Commentaire »

La sentinelle

Posté par cielnuageux le 26 mars 2010

 Poèmes primés et publiés

http://site.voila.fr/taverne_des_poetes/page7.html

Le texte qui suit a été publié dans le florilège du Grand prix de la Ville de Sète en octobre 2005 :

Ballade

Je suis le jour la sentinelle
Mais la nuit je fais des rondeaux
Je vis là-haut dans la tourelle
Mes compagnons sont les corbeaux.
Le jour je guette les marauds,
Je veille sur la citadelle.
La nuit je fais des ronds dans l’eau,
Ah ! dieu que mon sort est cruel !

Moi qui ne suis que sentinelle,
J’ai vu passer sous le linteau
Friponnes et belles jouvencelles,
Et dames riches à beaux manteaux.
Mais si mon cœur est un flambeau
C’est pour les ardentes prunelles
De la princesse du château.
Ah ! dieu que mon sort est cruel !

Car je ne suis que sentinelle :
Mon métier sera mon tombeau.
Et ma plainte sempiternelle
S’en ira droit au caniveau.
Les amours et le renouveau.
Que tu nous chantes ménestrel,
Ne viennent pas jusque là-haut,
Ah ! dieu que mon sort est cruel !

Princesse, voici mes rondeaux,
Mes odes et mes ritournelles !
Le cœur m’est trop pesant fardeau
Ah ! dieu que mon sort est cruel !

Un des poèmes publiés dans l’anthologie des nouveaux poètes français en 2004
(Jean-Pierre Huguet éditeur)

Publié dans poesie | Pas de Commentaire »

L’Aveugle et le Paralytique

Posté par cielnuageux le 24 février 2010

Aidons-nous mutuellement,
La charge des malheurs en sera plus légère ;
Le bien que l’on fait à son frère
Pour le mal que l’on souffre est un soulagement.
Confucius l’a dit, suivons tous sa doctrine :
Pour la persuader aux peuples de la Chine,
Il leur contait le trait suivant.

Dans une ville de l’Asie
Il existait deux malheureux,
L’un perclus, l’autre aveugle,
Et pauvres tous les deux.
Ils demandaient au Ciel de terminer leur vie :
Mais leurs cris étaient superflus,
Ils ne pouvaient mourir. Notre paralytique,
Couché sur un grabat dans la place publique,
Souffrait sans être plaint ; il en souffrait bien plus.
L’aveugle, à qui tout pouvait nuire,
Etait sans guide, sans soutien,
Sans avoir même un pauvre chien
Pour l’aimer et le conduire.

Un certain jour il arriva
Que l’aveugle à tatons, au détour d’une rue,
Près du malade se trouva ;
Il entendit ses cris, son âme en fut émue.
Il n’est tel que les malheureux
Pour se plaindre les uns les autres.
J’ai mes maux, lui dit-il, et vous avez les vôtres ;
Unissons-les, mon frère, ils seraient moins affreux.
Hélas ! dit le perclus, vous ignorez, mon frère,
Que je ne puis faire un seul pas ;
Vous-même vous n’y voyez pas :
A quoi nous servirait d’unir notre misère ?

A quoi ? répond l’aveugle, écoutez : à nous deux
Nous possédons le bien à chacun nécessaire,
J’ai des jambes, et vous des yeux :
Moi, je vais vous porter ; vous, vous serez mon guide :
Vos yeux dirigeront mes pas mal assurés,
Mes jambes à leur tour, iront où vous voudrez.
Ainsi, sans que jamais notre amitié décide
Qui de nous remplit le plus utile emploi,
Je marcherai pour vous, vous y verrez pour moi.

Jean-Pierre Claris de Florian

Publié dans poesie | Pas de Commentaire »

123
 

Cosy place for holidays in ... |
les hobbies d'Angie |
Animaux de compagnie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pattypatchs
| Football Club Orgnacois
| L'Ecurie de la Combe